Soutien aux start-ups tunisiennes : priorité d’incubation aux femmes et aux jeunes dans les régions intérieures

La société financière internationale du groupe Banque Mondiale (IFC) a choisi le 14 janvier, anniversaire de la révolution, pour signer deux conventions avec Flat6Labs Tunisia et Impact Partner Tunisia. Le but : apporter un soutien financier aux start-ups, aussi bien qu’un soutien technique, d’accompagnement, de monitoring, de Networking…

“Contribuer à libérer le potentiel de l’entrepreneuriat innovant en Tunisie, avec un accent particulier sur les start-ups dirigées par des femmes et la création d’emplois pour les jeunes.” C’est le sens que donne l’IFC aux deux mémorandums signés avec Flat6Labs Tunisia qui gère son programme d’accélérateur et sa plate-forme d’investissement en phase d’amorçage et avec Impact Partner (membre du Yunus social business network), qui gère des programmes d’accompagnement et d’investissement de jeunes startups et PMEs, notamment celles ayant un fort impact social et créant des emplois durables pour les femmes et les jeunes.

Ces accords viennent en écho à un investissement IFC de 1 million de dollars en septembre 2019 dans Anava Seed Fund (accélérateur et fonds d’amorçage géré par Flat6Labs Tunisia) qui favorise l’entrepreneuriat technologique et les femmes entrepreneures.

Financement, monitoring, Networking…

Selon Sergio Pimenta, vice-président d’IFC pour le Moyen-Orient et l’Afrique, il ne s’agit pas seulement de soutien financier mais aussi de soutien technique, d’accompagnement, de monitoring, d’aider à créer des Networks… “C’est là que nos partenaires-accélérateurs jouent un rôle clef car ces protocoles d’accord que nous venons de signer vont non seulement permettre aux accélérateurs de renforcer leur capacité, mais également aux start-ups de bénéficier des offres de services complètes”, ajoute-t-il.

Des accords qui visent à renforcer la capacité des deux accélérateurs à élargir leur champ d’action, augmenter le nombre d’entrepreneurs incubés, et surtout favoriser la prise en compte de plus de femmes et d’entrepreneurs installés en dehors de la capitale et des principales villes du pays. Dans le même ordre d’idées, Yehia Houry, Directeur Exécutif de Flat6Labs Tunisia, souligne que sa plate-forme justifie déjà de 8 MD d’investissement où 30% des projets sont allés à des femmes qui sont généralement lésées dans les programmes : “Notre objectif est non seulement de continuer à soutenir les startups mais aussi d’initier un nouveau souffle entrepreneurial auprès des femmes et des jeunes issus de toutes les régions de la Tunisie”.

Leila Charfi, Directrice d’Impact Partner, estime que la convention avec l’IFC vient à point nommé alors que l’une des problématiques socio-économiques de la Tunisie concerne l’emploi des jeunes et des femmes. C’est pour cela qu’à travers leurs programmes d’accompagnement et de financement, ils soutiennent des startups et des PMEs émergentes à fort potentiel de création d’emplois : ‘’Ce partenariat avec l’IFC nous permet de renforcer l’accompagnement de ces jeunes entreprises pour les aider à se développer et créer un impact durable’’, commente-t-elle.

Rappelons que la signature de ces mémorandums s’inscrit dans le cadre du programme Accelerate4Youth, soutenu par des fonds d’Allemagne, de Norvège et des Pays-Bas.