Vote de confiance à l’ARP : l’exercice périlleux qui attend Jemli et son équipe

C’est le grand oral pour le Chef du gouvernement désigné, Habib Jemli, et son équipe. Ce vendredi 10 janvier 2020, ils vont devoir passer devant l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) en vue d’obtenir la confiance des députés. Et il faut le dire : l’exercice s’annonce très périlleux !

On se souvient encore de l’interminable bal de concertations qui a duré plus d’un mois. Les désaccords étaient manifestes et la situation n’est guère meilleure aujourd’hui. Si Ennahdha, malgré sa réticence plus ou moins bien contenue, a annoncé, dans la soirée du jeudi 9 janvier, qu’elle accordera sa confiance au gouvernement Jemli, ce n’est pas le cas pour Qalb Tounes, l’autre poids lourd de l’ARP. Tahya Tounes a pris la même décision.

D’ailleurs, il a décidé de former un bloc avec Qalb Tounes face à ce qu’il appelle “le gouvernement de la Choura”. Qalb Tounes, l’ancienne bête noire de Tahya Tounes, son ancien pire ennemi ! Ah la politique : les ennemis d’hier, devenus les alliés d’aujourd’hui pour satisfaire un intérêt bien précis ! Un grand classique. D’autre part, le Bloc de la Réforme a, lui aussi, annoncé qu’il ne votera pas pour l’équipe de Jemli.

Quelles sont donc les chances du gouvernement de Habib Jemli ce vendredi ? Il convient de rappeler la répartition des sièges pour les principales forces politiques de l’ARP :

  • Ennahdha : 52
  • Qalb Tounes : 38
  • Tahya Tounes : 14
  • Machrou3 Tounes : 4
  • Afek Tounes : 2
  • Courant Démocratique : 22
  • Coalition Conservatrice Al Karama : 21
  • Parti Destourien Libre : 18
  • Mouvement Populaire : 14
  • Parti Errahma : 4
  • Union Populaire Républicaine : 3
  • Al Badil Ettounsi : 3
  • Amal : 2
  • Tayar Al Mahaba : 1
  • Parti Al Jabha : 1
  • Voix des Agriculteurs : 1
  • Parti Socialiste Destourien : 1
  • Union Démocratique Sociale : 1

Les autres sièges sont détenus par des indépendants. Mathématiquement, il sera difficile pour le gouvernement Jemli d’obtenir les 109 voix nécessaires pour que son équipe puisse prendre ses fonctions. Avec les réserves et les divisions internes, on voit mal les 52 députés d’Ennahdha voter pour le gouvernement. Mais la scène politique tunisienne nous a fait vivre des retournements de situation aussi surprenants les uns que les autres. De ce fait, tout est possible ce vendredi.

A suivre.