Digitalisation, qualité, communication : les grands chantiers de l’ANETI pour 2030

Pour l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant (ANETI), il est temps de se projeter vers l’avenir. Sa vision pour l’horizon 2030 a été exposée lors d’une conférence de presse organisée mardi 12 novembre 2019, à la Cité de la Culture de Tunis, en présence de Saïda Lounissi, ministre sortante de l’Emploi et de la Formation professionnelle, et de Youssef Fennira, directeur général de l’ANETI.

Quatre mots d’ordres sont à retenir pour cette stratégie globale : digitalisation, une meilleure qualité de service, une meilleure infrastructure et une meilleure communication sur les projets et le travail de l’ANETI. Cette vision, selon Youssef Fennira, a été élaborée en fonction de la réalité du terrain. Après avoir exposé un flash-back sur l’histoire de l’ANETI, le directeur général a insisté sur la nécessité d’alléger la bureaucratie qui, comme nous le savons, représente l’un des obstacles majeurs face à l’entrepreneuriat. Pour sa part, l’ANETI va devenir un modèle en tant qu’administration publique et c’est, d’ailleurs, l’un des objectifs de la stratégie 2030 de l’agence.

“L’ANETI de demain sera dans un smartphone”, a-t-il déclaré, soulignant ainsi l’importance de la digitalisation. L’agence doit absolument être connectée à son environnement. Dans cette même optique, elle se dotera de deux nouveaux espaces : un espace entreprendre et un espace emploi. “Dans ces lieux, c’est l’innovation, l’esprit start-up, et les solutions de financement qui doivent être de mise. D’un autre côté, nous visons à créer une agence virtuelle qui offre des services de qualité”, a-t-il précisé. Cette digitalisation des services va permettre de rapprocher, automatiquement, les offres d’emplois des entreprises et les profils adéquats des candidats.

L’ANETI face à ses défis

Comme souligné plus haut, la bureaucratie constitue l’un des plus lourds fardeaux qui pèsent sur l’entrepreneuriat. D’où la nécessité de la digitalisation de l’administration. Pour sa part, l’ANETI se veut d’être un modèle en la matière. Son programme de digitalisation s’étend sur 3 ans. Il est basé sur la mise en place d’un système d’information, sur la dématérialisation, sur le business intelligence et sur l’agence virtuelle.

Par ailleurs, l’ANETI, selon son directeur général, est confrontée à plusieurs défis. Elle fait, tout d’abord, face à l’instabilité qui touche la Tunisie depuis 2011. Il est, en effet, difficile de se projeter vers l’avenir dans un tel contexte. D’un autre côté, nous faisons face à la transformation profonde du marché du travail selon Youssef Fennira. “D’ici 2030, de nouveaux métiers vont émerger en Tunisie : avocat augmenté, médecin numérique, éducateur de robots… Notre approche, dans ce contexte, doit changer. Le diplôme n’est qu’une étape. L’ANETI doit s’adapter à tous ces changements, tout en mettant l’accent sur la relation employé-employeur”, a-t-il expliqué.

Autre volet sur lequel l’ANETI va travailler dans le cadre de sa vision 2030 : la formation du personnel. Celui-ci doit rester au courant des évolutions du marché du travail et de l’émergence du marché du travail. Dans cette même optique, l’ANETI Academy sera créée en vue de former le personnel de l’agence. “Nous voulons faire de l’ANETI un hub en matière de formation professionnelle et d’emploi, en permettant à d’autres pays de profiter de nos formations”, a-t-il déclaré.

Enfin, l’autre volet sur lequel l’ANETI va travailler, et il est de taille : la communication. L’agence, selon son directeur général, ne communique pas assez sur ses activités et ses programmes. En témoignent, d’ailleurs, les chiffres d’une enquête réalisée par l’ANETI, que nous abordons un peu plus bas.

Les services de l’ANETI : un bilan mitigé

L’ANETI a réalisé une enquête qui a porté sur 5000 chercheurs d’emploi et sur 250 entreprises.

Pour les chercheurs

  • 69% connaissent l’ANETI
  • Le site de l’agence est le 4ème site le plus consulté pour la recherche d’emplois
  • 56% sont satisfaits des services de l’ANETI
  • 54% pensent que les délais – pour la recherche d’emploi – sont longs
  • 50% affirment avoir vécu une mauvaise user-experience
  • 63% ne sont pas au courant des activités de l’entreprise
  • 41% pensent que les services sont inefficaces

Pour les entreprises

  • 58% connaissent l’ANETI
  • Le site de l’agence est le 5ème site le plus utilisé pour le dépôt des offres d’emplois
  • 49% des entreprises sont moyennement satisfaites des services de l’ANETI
  • 59% ont profité des programmes d’emplois
  • 43% n’ont pas accès à un vis-à-vis au bureau de l’emploi
  • 67% ne reçoivent pas de conseilleurs de bureau de l’emploi
  • 31% ont recours aux services de l’ANETI
  • 41% ne sont pas inscrits sur le site Web de l’ANETI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici