50ème conférence annuelle du Forex Club Maghreb: une cérémonie riche en annonces

Tunis a abrité ce matin la conférence annuelle du Forex Club de Tunisie, la 50ème édition de la conférence annuelle du Forex Club Tunisie. L’événement a été rehaussé par la présence d’experts de renom tels que Marwan Abassi, gouverneur de la Banque centrale, de Hervé Tourpe, Chief Digital Advisor du Fonds monétaire international, ou encore Christian de Boissieu, professeur à Panthéon-Sorbonne.

Le Club Forex Maghrébin voit le jour

Cette rencontre a été l’occasion de signer un protocole d’accord pour la création du Forex Club Maghreb. Le pact a été cosigné par Béchir Trabelsi, président du Forex Club Tunisie, Mohamed Vall El Alem, Secrétaire Général de l’Union des Banques Maghrébines et Habib Belhaj Gouider, président de l’Association Professionnelle Tunisienne des Banques et Etablissements Financiers. À travers cette convention, les trois signataires se sont engagés à impliquer toutes les banques maghrébines, y compris les cinq Banques centrales de la région, dans les travaux de construction de cet organisme.

“C’est un premier pas vers le rapprochement maghrébin. Un rêve pour les générations futures. Le plus important est de commencer ce genre de projet. Le Forex concrétise l’union maghrébine puisqu’il associe les opérateurs d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, de Libye et de Mauritanie. C’est une phase importante qui attire l’économie et les opérateurs économiques vers un marché important dans tous ses aspects”, a déclaré à cette occasion Habib Belhaj Gouider.

De son côté, Mohamed Vall El Alem a souligné que la création du Forex Club Maghreb est “une nouvelle brique dans l’édifice maghrébin et l’intégration financière et économique maghrébine”. Et d’ajouter: “Ce rêve a pu être réalisé grâce à l’impulsion des gouverneurs des Banques centrales maghrébines et leur détermination efficace à ce projet d’intégration économique maghrébine qui n’est plus aujourd’hui seulement une nécessité, mais plutôt une question de survie”.

El Alem a également exprimé la disposition de l’UBM à soutenir ce projet maghrébin commun. “Nous sommes dans un monde où la seule voie passante est celle d’être tous ensemble. L’innovation technologique va nous permettre de relaxer beaucoup de contraintes qui nous ont empêchés par le passé d’avancer”, a-t-il affirmé. Et d’ajouter que la technologie va nous permettre de mettre en place les solutions adéquates, notamment en ce qui concerne le développement des échanges et du commerce transfrontaliers entre les pays maghrébins. “On espère que la création du Forex Club maghrébin contribuera à l’émergence du marché financier maghrébin”, a-t-il conclu.

Vers la création d’une crypto-monnaie maghrébine

Parmi les dossiers urgents sur lesquels se penchera le nouveau club sera l’accélération de l’intégration monétaire maghrébine grâce à la blockchain. Pour ce faire, deux voies s’offrent aux pays de la région : créer une cryptomonnaie unique ou développer, chacune, sa propre monnaie blockchain tout en mettant en place les interfaces nécessaires pour faciliter les échanges.

Si la voie de la monnaie unique est emprunté, cette dernière “pourrait avoir des dimensions maghrébines et contribuer à l’impulsion de la croissance en Tunisie et à la résolution de certaines difficultés entravant la coopération maghrébine à l’instar des obstacles douaniers et politiques”, a souligné Hatem Zaara, vice-président du Club Forex Tunisie.

Il a souligné que les citoyens maghrébins aspirent à bénéficier des avancées enregistrées dans le domaine de la monétique, particulièrement au niveau des opérations bancaires entre les différents pays.

Pour sa part, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Marouane Abassi, a évoqué l’initiative tunisienne lancée depuis une année et visant à réactiver les relations entre les banques maghrébines. A cet égard, les gouverneurs des Banques centrales de la région ont commencé à travailler sur plusieurs axes, dont la compréhension du développement technologique du secteur monétique, l’inclusion financière via les nouvelles technologies et les analyses des institutions financières.

Abassi a fait savoir qu’à partir de l’année prochaine, une rencontre de ces gouverneurs sera organisée, afin de mettre en place une stratégie de travail commune pour la prochaine période. La BCT étudie actuellement, les moyens de suivre les différents développements technologiques dans les secteurs financier et monétaire, tout en préservant la monnaie nationale et en œuvrant à réaliser l’intégration monétique et à développer les applications utilisées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici