Législatives 2019 : l’essentiel du programme de Qalb Tounes, second poids lourd du scrutin

Qalb Tounes est arrivé en seconde position aux élections législatives de 2019 selon le sondage sortie des urnes réalisé par Sigma Conseil. Le parti a remporté 15,6% des voix, soit 33 sièges à l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple). Quel est son programme ? En voici un récapitulatif.

A lire aussi :

Quel est le programme électoral d’Ennahdha, en tête des législatives 2019 ?

Législatives 2019 : Ennahdha et Qalb Tounes en tête avec 73 des sièges à l’ARP

Fiscalité

Mise en place d’un système d’incitations fiscales dans les zones marginalisées dans les investissements industriels et agricoles et les services pour surmonter la discrimination dans le niveau de développement du pays.

Réduction de la pression fiscale à 15% en cinq ans pour améliorer la compétitivité des entreprises et à 30% sur les banques.

Assurer la stabilité fiscale, s’engager à ne pas contrôler arbitrairement les entreprises et encourager la transparence des institutions.

Généralisation de la TVA à tous les produits et activités, en contrepartie de sa stabilisation à deux taux uniquement.

Encourager, accompagner et faciliter l’accès au secteur formel en dialoguant avec les parties concernées et en maintenant des conditions de travail décentes pour les employés de ces secteurs lors de la transition.

Réprimer l’économie illégale.

Développer une bancarisation compréhensive de la population afin de faciliter l’intégration de la masse monétaire informelle.

Créer une taxe de citoyenneté minimale pour ceux qui quittent le secteur parallèle pour rejoindre le secteur organisé.

Établir une taxe de citoyenneté minimale pour les institutions opérant dans les zones franches frontalières.

Assister les sortants du secteur parallèle inscrits dans le secteur formel dans la formation et l’exploitation de leurs activités.

Secteur bancaire et financier

Une nouvelle politique monétaire qui encourage l’investissement en réduisant le taux d’intérêt des prêts et en obligeant les banques à orienter leurs portefeuilles de prêts vers des secteurs prioritaires.

Réforme du Code des changes qui permettra de s’adapter aux challenges de la mondialisation en permettant l’ouverture de comptes d’épargne et de dépôt en devise étrangère pour les résidents tunisiens et les sociétés résidentes.
Lancer de nouveaux produits dérivés de gestion du risque de taux de change.

Transformation digitale

Adopter le suivi numérique des projets et des demandes des entreprises et des citoyens: e-administration, e-health et e-justice.

Mettre en ligne, de manière progressive, tous les services administratifs.

Mettre en place l’identifiant électronique unique.

Tester et adopter la signature électronique pour certains documents afin d’établir une confiance entre le citoyen et l’Etat.

Transport et infrastructures

Développement du transport et de la logistique : autoroute, portes, plateformes de commercialisation, véhicule électrique

Lancement des projets portuaires et logistiques prioritaires d’ici 2 ans

Intégration effective des véhicules hybrides et électriques, et d’autobus dans le parcs des transports tunisiens. Objectif : réduire la consommation d’énergie en créant une industrie de composants en Tunisie

Lancement de nouveaux projets autoroutiers à travers dans le cadre d’un PPP. Objectif : améliorer la mobilité des personnes et la circulation des marchandises en Tunisie, et éliminer l’isolement économique des zones marginalisées

Développement du transport ferroviaire, extension des lignes de trains, y compris les lignes Gabès-Médenine

Réhabilitation des anciennes lignes dans le Nord et le Centre du pays, avec le renouvellement progressif de la flotte de trains

Tourisme

Libéralisation du transport aérien interne et externe : Open Sky 2021 et réouverture complète du charter aux tunisiens, mais tout en préservant Tunisair et en investissant dans la compagnie nationale

Restructuration de la dette du secteur hôtelier

Montée en gamme et diversification des créneaux touristiques (éconologique, archéologique, santé, congrès), à travers une meilleur visibilité du produit tunisien

Favoriser la formation et le déploiement d’une main d’oeuvre qualifiée

Développement du concept des tour-opérateur (TO) locaux et de l’out-going

Miser sur la technologie dans l’objectif de développer le marketing, le service dans les unités houlières, les centrales de réservation en ligne, etc.

Santé

Mise en place d’une couverture de régime de base unifiée.

Valorisation du rôle de la protection de la famille, de la prévention et de la vaccination.

Mise en place d’un programme pour les personnes âgées.

Création d’un transport sanitaire mobile afin de garantir l’évacuation sanitaire.

Création de centres ambulatoires avec un plateau technique approprié.

Mise en place de 13 centres de santé mobile et de planification familiale dans 13 régions prioritaires (services de vaccination, examen des maladies chroniques, etc). Une sorte de médecin de spécialité de proximité. Les centres seront placés dans 13 régions prioritaires.

Fournir 3 médecins spécialistes dans les 35 hôpitaux régionaux

Augmenter le nombre de médecins spécialistes dans les hôpitaux régionaux : de 6 à 13

Fournir les spécialités médicales aux citoyens dans tout le pays

Mise en place d’un programme de parrainage des zones prioritaires par les facultés de médecine

Assurer la disponibilité des médicaments à tous les citoyens et garantir la gratuité de ces médicaments pour les personnes démunies.

Modernisation des structures sanitaires publiques afin de se conformer aux standards internationaux en termes d’architecture, d’équipement et d’organisation

Mise en place d’un scanner et d’une imagerie médicale par résonance magnétique (IRM) dans chaque gouvernorat

Connexion de périphérique IRM à un ordinateur pour fournir un service de lecture à distance.

Mise en place d’un système automatisé et sécurisé pour la distribution de médicaments dans les services médicaux à forte consommation. L’objectif est de rationaliser les comportements

Réhabilitation progressive des 2135 dispensaires du pays

Modernisation des institutions de santé publique à raison d’un hôpital par an.

Garantir la sécurité des patients et du personnel médical dans les établissements de santé publics

Revalorisation des talents, des médecins et du personnel paramédical par le biais d’une formation académique, d’une accréditation des diplômés, d’une formation médicale continue, d’un modèle de développement intégré et d’une révision des salaires de tous les corps de santé

Dans ce cadre :

Motiver les médecins de famille dans les dispensaires à travers des contrats d’efficacité de la performance (contrat de salaire de base et prime en fonction du nombre des visites médicales réalisées)

Revalorisation des compétences médicales et paramédicales : certifications, support de formations, examen du statut du cadre médical et paramédical dans les établissements de santé publique

Adoption du projet de loi sur la responsabilité médicale
Soutien de la recherche médicale

Rôle de l’Etat

L’Etat se doit de garantir le bonheur du Tunisien en garantissant la liberté d’être, de penser, de conscience et un environnement démocratique (conformément à la Constitution).

Veiller à la mise en oeuvre de la Constitution et à la primauté de la loi en protégeant les libertés et les droits, et assurer l’égalité pour tous les citoyens, et ce, par l’achèvement de la mise en place de toutes les instances constitutionnelles, avec une priorité absolue pour la Cour constitutionnelle.

Retraite

Alignement des pensions minimales de retraites au SMIG

Accorder aux retraités la possibilité de profiter, systématiquement, des hausses similaires à celles de leurs collègues actifs dans leurs secteurs

Fournir aux retraités une carte de priorité facilitant l’accès aux services dans les départements, les entreprises publiques et les hôpitaux

Maintenir l’allocation de retraite et prévenir toute diminution : annulation de la déduction de 1% de la pension de retraite

Energies et environnement

Accélérer l’obtention des licences d’exploration pétrolière et augmenter leur nombre

Encourager l’exploration maritime au Nord du pays à travers des impôts avantageux

Lancement de “1 Mega Jeune” : programme permettant aux chômeurs de produire de l’énergie renouvelable (environ 1 mégawatts) par le biais des mécanismes actuellement disponibles sur le marché. L’Etat, dans ce contexte, s’engage à promouvoir l’autofinancement et l’achat de l’électricité

Création d’une bourse de valeurs privée afin de financer, explorer, produire et exporter des matériaux minéraux pour des investissements privés et publics

Conversion de la moitié des besoins énergétiques du complexe chimique et de la société phosphate Gafsa (CPG) en production locale d’énergie renouvelable

Encourager les projets orientés vers les besoins du complexe en pièce de rechange, fournitures et phosphates

Protéger le littoral et décrocher le label bleu (qualité environnementale) pour les plages tunisiennes. Le but : protéger les ressources maritimes et améliorer la valeur ajoutée du tourisme

Activation des lois et des règlements portant sur la protection de l’environnement. Exiger leur application par toutes les institutions et toutes les personnes. Chaque dépassement doit être sanctionné

Révision des lois et des règlements portant sur la protection de l’environnement, le modèle de planification urbaine et de construction

Promulgation d’un code de protection de l’environnement, de l’urbanisme et de la construction

Arrêt progressif de l’activité de toutes les unités industrielles polluantes

Empêcher la ré-exploitation de ces unités industrielles polluantes jusqu’à ce qu’elle soient conformes aux conditions de sécurité environnementale

Développement de l’industrie du recyclage et de la valorisation des déchets, du compostage et de la production d’énergie conformément aux dernières normes internationales

Développement d’un système national moderne de gestion des déchets domestiques et industriels et de construction

Développement d’un système d’exploitation dans l’objectif d’améliorer les conditions de travail des agents municipaux de propreté et de les protéger des risques

Mise en place d’un projet national de boisement et d’horticulture dans les villes et les villages

Education

Lutter contre l’abandon scolaire en garantissant le droit à l’éducation jusqu’à l’âge de 16 ans, le développement des écoles pour accueillir les élèves vulnérables et leur permettre de s’y nourrir : un repas équilibré par jour et accès aux soins à l’école

Rendre l’éducation tunisienne conforme aux normes internationales les plus élevées et élever son rang dans le classement PISA

Aligner la qualité du contenu des matières scientifiques, de la pédagogie (critical thinking) et du développement de l’enfant aux standards internationaux en termes de matières scientifiques, de pédagogie (critical thinking) et de développement de l’enfant afin que l’élève puisse acquérir un niveau avancé en connaissances

Veiller à ce que les crèches et les jardins d’enfants obéissent aux normes et standards en vigueur

Garantir l’égalité des chances dans la qualité de l’éducation pour toutes les régions et tous les groupes sociaux

Fournir, gratuitement, aux élèves issus des familles vulnérables,, des lunettes de vue

Mettre un système de transport approprié et sécurisé à la disposition des élèves habitant loins des écoles

Augmentation sensible du budget du ministère de la Culture

Promotion de la Culture tunisienne au niveau interne et externe

Mise en place d’une loi d’orientation générale pour la promotion et le développement du secteur culturel

Mise en place d’un plan urgent de diplomatie culturelle afin de renforcer le positionnement de la Tunisie à l’échelle internationale

Révision des réglementations et des méthodes de travail des institutions culturelles officielles et des institutions du pays

Encourager la production nationale et la créativité culturelle. Il faut, aussi, les promouvoir aussi bien en Tunisie qu’à l’étranger

Mise en place des cadres appropriés en vue d’encourager le secteur privé et la société civile à investir dans un large éventail de projets culturels, destinés aux communautés locales

Création d’une citée dédiée à la production cinématographique et audiovisuelle. Le but : promouvoir les industries cinématographique et audiovisuelles de la Tunisie

Faire des principaux sites historiques des pôles de rayonnement culturels, les transformer en moteur de l’économie pour, notamment, le tourisme (possibilité de PPP)

Secteur bancaire et financier

Une nouvelle politique monétaire qui encourage l’investissement en réduisant le taux d’intérêt des prêts et en obligeant les banques à orienter leurs portefeuilles de prêts vers des secteurs prioritaires.

Réforme du Code des changes qui permettra de s’adapter aux challenges de la mondialisation en permettant l’ouverture de comptes d’épargne et de dépôt en devise étrangère pour les résidents tunisiens et les sociétés résidentes.
Lancer de nouveaux produits dérivés de gestion du risque de taux de change.

Agriculture

Revalorisation de l’Agriculture et réformes foncières.

Doubler la contribution du secteur agricole au PIB.

Publier un Code de l’économie agricole et des ressources marines; un code complet et simple, garantissant le financement de ce secteur principal en Tunisie

Engager les banques à allouer une partie importante des portefeuilles de prêts au financement de l’agriculture, de la pêche et des industries alimentaires, encourager l’économie solidaire dans l’agriculture et activer le concept de solidarité agricole selon les normes modernes.

Valorisation de 800 000 hectares de terres domaniales par le PPP afin de parvenir à l’autosuffisance alimentaire.

Accorder des subventions directes aux agriculteurs selon des programmes-objectifs par filière.

Contrôler à nouveau les matériels et les semences fournis et chercher à les compenser avec des semences locales tout en ouvrant les perspectives d’exportation de ces semences, puisque la qualité de nos produits est reconnue.

Soutenir l’agriculture biologique avec l’objectif de faire de la Tunisie un important producteur de produits de l’agriculture biologique aux niveaux africain et méditerranéen.

Réhabilitation du réseau de distribution de l’eau et des barrages stratégiques avec la meilleure technologie issue de la coopération internationale.

Création de coopératives/sociétés de collecte et de commercialisation des produits agricoles par filière.

Encourager la transition énergétique dans l’agriculture et la maîtrise de l’irrigation (subventions directes par contrat-objectif).

Donner une impulsion au secteur agroalimentaire et à l’exportation, en encourageant l’investissement dans les terres domaniales qui représentent la plus grande surface arable du pays à très haut potentiel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici