SIMPAR et ESSOUKNA affichent toutes les deux un résultat déficitaire au 30 juin 2019

Par Moez Hadidane

Le secteur de l’immobilier résidentiel en Tunisie a vu ses difficultés s’accentuer. Au 30 juin 2019, le résultat net, des deux sociétés de promotion immobilière cotées à la Bourse de Tunis, ressort dans le rouge. Pour la Société immobilière et de participations SIMPAR, malgré une multiplication par 2,5 fois de ses revenus de ventes de biens immobiliers passant de 2,1 millions de dinars au premier semestre 2018 à 5,2 millions de dinars au 30 juin 2019, elle a dégagé tout de même un résultat d’exploitation en recul de 13,8% à 1,67 millions de dinars. Une baisse imputée à la hausse des charges d’exploitation (se multipliant par trois) à un rythme plus rapide que celui des revenus, se situant à 4,2 millions de dinars.

Compte tenu d’une progression des charges financières nettes de 45,4% totalisant 2,5 millions de dinars, ne pouvant donc être absorbées en totalité par le résultat d’exploitation, la SIMPAR a dégagé au 30 juin 2019 un résultat net déficitaire de 0,85 million de dinars contre un bénéfice de 0,2 million de dinars durant la même période de l’année précédente et contre un déficit de 0,865 million de dinars sur l’ensemble de l’année 2018.

A ce titre, la dette nette de la SIMPAR a augmenté de 14,7% passant de 45,6 millions de dinars au 30 juin 2018 à 52,3 millions de dinars au 30 juin 2019. La hausse des besoins en fonds de roulement émanant de l’accroissement des stocks (produits finis) a engendré une pression sur la trésorerie de la société, entraînant par conséquent un besoin de financement accru. La SIMPAR est un acteur historique de la promotion immobilière en Tunisie. Elle a été créée en 1973 sous l’égide de la Banque nationale agricole, qui y détient 30% du capital. D’ailleurs, la BNA doit, conformément à l’article 75 de la loi 2016-48 du 11 juillet 2016, relative aux banques et aux établissements financiers, réduire cette participation à 20%.

De son côté, ESSOUKNA, filiale de la SIMPAR à hauteur de 69,63%, creuse, au 30 juin 2019, son déficit de 51% comparé à celui réalisé au premier semestre 2018. En effet, le chiffre d’affaires immobilier de la société ESSOUKNA s’est contracté entre les deux périodes de 20,8% parallèlement à une baisse des charges d’exploitation de 20,2%, ce qui a abouti à une régression du résultat d’exploitation de 22,8% au niveau de 1,5 million de dinars.

A l’image de  SIMPAR, les charges financières de la société ESSOUKNA ont augmenté de 48% à 1,83 million de dinars, générant un élargissement du déficit du résultat net qui s’établit à 0,92 million de dinars contre un déficit de 0,61 million de dinars au 30 juin 2018 et un excédent de 0,3 million de dinars pour toute l’année 2018. L’endettement net de la société ESSOUKNA s’est étendu de 7,3 millions de dinars, soit de 24,2% entre les deux semestres pour se fixer à 37,1 millions de dinars.

Par ailleurs, le total des ventes de la société ESSOUKNA cumulé aux promesses fermes a atteint au 30/06/2019 une valeur de 11,6 millions de dinars (ventes : 4.877 millions de dinars et promesses : 6.764 millions de dinars réalisables au cours de l’exercice 2019) contre un chiffre d’affaires global 2018 de 10,562 millions de dinars. De surcroît, les ventes de la société ESSOUKNA au premier semestre 2018 ont été exceptionnellement élevées, du fait de la concrétisation des promesses de vente signées fin 2017 en relation avec l’entrée en vigueur à partir du 1er janvier 2018 de la TVA de 13% sur l’acquisition de biens à usage d’habitation auprès des promoteurs immobiliers.

La société ESSOUKNA pourrai ainsi inverser la tendance et terminer l’exercice 2019 en territoire positif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici