Festival international de Musique symphonique d’El Jem : une clôture de taille

La 34éme édition du Festival international de musique symphonique d’El Jem s’est clôturée le vendredi 09 août 2019. Musique d’exception et solistes de renom et d’un haut talent ont su envoûter le public, fidèle du festival. La clôture a même été rehaussée par la présence d’Olivier Poivre d’Arvor, l’ambassadeur de France. Focus.

Ce concert était particulier à bien des égards. Il a pu rassembler sur une même scène des musiciens et des chanteurs de cultures différentes unis par le langage universel de la musique symphonique et classique. Tolérance, ouverture, solidarité, inclusion et échanges culturels étaient au rendez-vous.

Avec pour intitulé “Virtuose en Chœur – Mozart entre deux rives ”, quatre formations musicales se sont partagé la scène du Colisée d’El Jem: « Les Jeunes Cordes de France », le « Chœur Les Amis de Shéhérazade », la « Chorale « Tunisia 88 » et la Chorale « Angham by UIB ». Plus encore, Kimball Gallagher, pianiste doué, créateur du projet Tunisia 88, Ulrich H. Brunnhuber, diplomate et directeur à la Banque européenne d’investissement et saxophoniste, Nour Ajroun, auteur compositeur interprète et Sélim Ajroun, pianiste, ont tous fait une apparition sur scène.

Spectacle inclusif
Un des moments les plus incontournables de la soirée était certainement la performance du jeune violoniste virtuose issu du SOS Villages d’Enfant, parrainé par la Fondation Solidarité & Innovation by UIB. Le jeune soliste a interprété à merveille la musique de “Ana Albi Dalili” qui a ému et enchanté le public.
Un engagement qui porte ses fruits, puisque le jeune virtuose suit avec les encouragements de la Fondation UIB pour les arts et la culture, un enseignement musical rigoureux et des cours de violon.

C’est sur des airs de concerto de Mozart que le spectacle de clôture a démarré. Le premier morceau a brillamment été interprété par le célèbre virtuose, Kimball Gallagher.

Ensuite vint la partie chant et chorale sous la direction de Nour Koubaa-Guiguet. Moment fort en symboles, les deux chorales « Tunisia 88 « et le « Chœur des amis de Shéhérazade” ont fusionné en un seul cœur battant, rouge et blanc pour interpréter la musique céleste et sacrée de la “ Grande Messe de Mozart”, avec l’accompagnement musical de l’orchestre “ Les Jeunes Cordes de France”.

La deuxième partie du spectacle, tout aussi spirituelle, a vu l’entrée sur scène de la chorale Angham by UIB qui s’est fondue dans le groupe des voix. Ils étaient près de 80 choristes sur scène, de toutes classes sociales, de France et de Tunisie, banquiers, élèves ou retraités dirigés par Nour Koubaa Guiguet. Les chants du registre soufi ont fusé des Mouachahat, puis des texte de Rabiaa Adawiyya et Al Hallaj mis en musique par Fadi Ben Othman.

Ensuite et pour finir en apothéose un amour tout aussi grand s’est fait entendre par la voix douce de Nour Arjoun,sur une musique de Sélim Arjoun chantant “Ya Bledi” Hymne amoureux et tendre à une Tunisie vivante qui conjuguera pour toujours la tolérance et l’inclusion.
Plus magique encore, des airs de Jazz ont sonné la fin de la fête avec “Summertime” par l’orchestre des “Jeunes Cordes de France” et le saxophone de Ulrich H. Brunnhuber.

Pour l’ambassadeur de France, Olivier Poivre d’Arvor, il été surtout de question de rapprocher les rives par le biais de la grande musique. Et d’ encourager la créativité et le talent de ces jeunes.

Pas que de la musique
En marge de la soirée de clôture du festival, une exposition s’est tenue, le soir même de la clôture à l’entrée de l’amphithéâtre. Il s’agissait d’œuvres produites à l’occasion de la deuxième édition du Meeting Thysdrus pour les Arts Visuels. Un rendez-vous qui a rassemblé 15 artistes venus d’Algérie, d’Ukraine, de Syrie, d’Ouzbékistan, d’Egypte, d’Irak et de la Tunisie. Pendant 6 jours, ils ont tenu des ateliers de création et une résidence artistique au cœur du Colisée d’el Jem pour s’inspirer des lieux et créer en toute liberté.

Le résultat a été stupéfiant, saisissant de puissance et de beauté, interpellant le passé et l’esthétique. L’exposition des œuvres se poursuivra à la maison de la culture de la ville. Les artistes exposants sont entre autres Ali Zenaïdi, Abdel Hamid Thabouti, Ahmed Zelfani, Hassine Mossadak, Ahlem Bousandal Jamelli, Walid Jahin (Egypte), Mustapha Ghajati (Algérie), Olesia Lishaieva (Ukraine) et Vasily Hapov (Ouzbékistan).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici