Le casse-tête pour former le manager de demain ?

La saison de l’orientation universitaire lancée, les ambitions des nouveaux bacheliers et de leurs parents n’ont pas de limites. A quelques années du lancement effectif de la vie active, les familles sont prêtes à payer cher les frais des études universitaires de leurs protégés en espérant  les voir, un jour, dans un poste de top management. Les universités privées l’ont compris depuis un bon moment et mettent déjà l’accent sur cet aspect dans leurs campagnes publicitaires.

Une question légitime s’impose alors : quelle est le meilleur diplôme à chercher pour devenir un bon manager ? Ici, il faut comprendre qu’aucune formation ne peut donner à quelqu’un la qualité de manager. Le manager ce n’est pas seulement un maximum de connaissances théoriques, mais un ensemble de qualités. Ce que nous observons actuellement c’est que le contenu des formations proposées s’éloigne chaque jour davantage de la réalité. Ce n’est pas un problème propre à la Tunisie, mais il est plus accentué qu’ailleurs car on a du mal à suivre le rythme des innovations, sans oublier le manque de formateurs dans certaines spécialités.

En choisissant un cursus, le bachelier et son entourage doivent comprendre qu’il ne pourrait fournir qu’une partie des connaissances nécessaires pour être productif. In fine, la notion de diplôme a été créée comme une sorte de garant de productivité. Mais avec les nouvelles technologies, ces diplômes ne peuvent plus tout assurer. Le manager de 2019 (que dire de celui de la prochaine décennie) a besoin de soft skills, de capacité à travailler en équipe, d’empathie, de talent tout court. Les connaissances académiques restent utiles, mais elles sont disponibles gratuitement et partout sur Youtube ou même sur le site de l’Université Virtuelle de Tunis. Les formations offertes aujourd’hui correspondent à des métiers statiques, voire stéréotypés.

Aujourd’hui, les mentalités doivent bouger aussi bien au niveau de l’offre que de la demande. Nos universités doivent passer à un autre modèle : celui de l’apprentissage toute la vie. Cela permet d’offrir un vrai accompagnement tout au long de la carrière d’un diplômé, en cherchant l’amélioration continue de l’efficacité. Pour les parents, payer plus cher ce n’est pas nécessairement garantir la bonne formation. Il faut aller chercher l’acquisition de compétences. C’est beaucoup plus utile pour les années à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici