4ème Africa HR Trends: les SIRH ont le vent en poupe

Lors d’une conférence tenue le vendredi 15 mars dernier, Sopra HR a dévoilé son 4ème Africa HR Trends. Focus.

Les panelistes, de gauche à droite: Houssem M’hadhebi, Rafâa Jomni, Sami Zayane, Mounira Bouzuita et Adnen Berriche

La fonction RH a connu un développement rapide au cours des dernières années. Le développement du digital et l’importance de la fidélisation des talents pour la survie des entreprises ont fait que cette fonction n’est plus assimilée à la simple gestion courante du personnel.

Signe qui ne trompe pas: 80% des responsables des ressources humaines interrogés par Sopra RH dans le cadre de la 4ème édition du baromètre RH Afrique siègent au comité de direction. Cette présence est loin d’être “protocolaire”: 94% des DRH interrogés affirment leur participation à la prise de décisions stratégiques pour l’entreprise.

Ce rapprochement entre la direction et la DRH a permis d’améliorer l’alignement de la stratégie RH sur les objectifs globaux de l’entreprise ou de l’activité. En effet, 96% des responsables RH indiquent que cet alignement est bien une réalité dans leur entreprise.

Autre fait notable de l’étude de Sopra HR : une forte progression du rôle de la fonction RH dans l’attraction et la rétention de talents pour l’entreprise. Alors que seuls 40% des dirigeants leur reconnaissaient un rôle dans le passé, ils sont désormais 78% à leur conférer une valeur ajoutée sur cette mission. Même tendance quand il s’agit de travailler à la motivation des collaborateurs pour laquelle on passe d’une perception de 33% à 63%.

D’ailleurs, ces deux missions sont à la tête des préoccupations des responsables RH dans les entreprises tunisiennes. Ainsi, améliorer la gestion des compétences pour accroître la productivité des collaborateurs est une préoccupation pour 96% des responsables RH interrogés par Sopra. Attirer et retenir les talents clés l’est pour 71% des répondants. Aligner la politique RH sur la stratégie de l’organisation ou de l’activité arrive quant à elle à la 3ème position, préoccupant 61% des interrogés.

Développement récent du secteur, conjoncture économique et sociale peu favorables, … les challenges auxquels font face les responsables RH font légion. La gestion des compétences demeure un axe d’amélioration majeur, cité par 75% des personnes interrogées. Corollaire de cette attente, l’attraction et la fidélisation des talents (71%), ainsi que la motivation des salariés (71%) sont les deux axes de travail cités ensuite dans la perspective d’une amélioration de la stratégie RH. En troisième position, l’amélioration des processus RH de l’entreprise a récolté 62% des voix.

Bien que ces leviers d’amélioration de la performance RH au sein de l’entreprise restent identiques à ceux mesurés entre 2014 et 2016, leur part a régressé. Ils ont ainsi laissé de la place à d’autres pistes d’amélioration telles que la réorganisation de la fonction RH, l’instauration du dialogue et d’un bon climat social.

Les systèmes informatiques des ressources humaines (SIRH) jouent un rôle important pour pouvoir répondre à ces besoins d’évolution. Au fait, 75% des interrogés estiment qu’améliorer les performances de la fonction passe par l’amélioration des SIRH. L’amélioration de la qualité des services rendus par la fonction RH (63%) et l’automatisation des processus RH (58%) figurent aussi dans le top 3.

La dématérialisation croissante des différentes activités au sein de l’entreprise, n’a pas épargné la fonction RH. En fait, 80% des entreprises interrogées par Sopra ont indiqué qu’ elles disposent d’un SIRH. Cependant, l’étude a révélé des disparités dans la typologie des systèmes utilisés.

Plus de 63% des entreprises interrogées déclarent avoir investi dans une solution développée par un éditeur de logiciels. “Cela tend à démontrer l’importance stratégique que les décisionnaires accordent à la fonction RH”, ont indiqué les auteurs de l’étude.

Cependant, il est à noter que 20% des entreprises ont opté pour le développement du SIRH en interne.

La digitalisation de la fonction RH et l’évolution des besoins ont fait que de plus en plus de tâches sont externalisées.

Ainsi, ce sont 56% des responsables qui envisagent d’externaliser la gestion du recrutement, alors que 50% envisagent de déléguer la gestion de la paie à des entreprises spécialisées. La gestion de la formation arrive en troisième position avec 38% des responsables RH interrogés.