Afric’up: l’Afrique se positionne sur la carte internationale des startups


La Tunisie s’apprête à abriter un événement de grande envergure à l’échelle continentale. Le tant attendu Startup Africa Summit, Afric’up se déroulera les 2 et 3 octobre 2018 à Laico Tunis. Une première édition, que les organisateurs ont présentée, lors d’une conférence de presse, tenue aujourd’hui même.


Y avaient assisté, Skander Haddar, CEO de Tunisie place de marché (TPM) et organisateur de l’événement, Selima Ben Ammar, exécutive manager à Mix Learning, Mohamed Zoghlami, Efan et Moez Maaref, PDG de l’ATI.

Skander Haddar envisage de faire de cette manifestation, inspirée des expériences internationales, un des plus grands événements en Afrique exclusivement dédié aux startups, à l’innovation et à la créativité.

Le responsable a indiqué que déjà, la première édition a séduit un nombre important de participants. Elles seraient plus de 1000 personnes, dont 200 startups étrangères à payer le coupon pour assister au salon. 80 speakers de renommée se déplaceront spécialement pour transférer leur expertise aux startupers africains.

L’idée est de rassembler les acteurs de l’écosystème des startups, entre mentors, investisseurs, CEO et experts pour un échange fructueux, un partage d’expériences instructif et un réseautage renforcé à travers le programme riche qui nous est réservé.

En effet, des panels, des conférences, et du networking sont au menu des deux journées. Un espace d’exposants est prêt à accueillir les startups, dont 70% sont tunisiennes. Plus encore, une compétition est organisée en marge de l’événement. Une quinzaine de startups africaines sont en lice pour qu’une d’entre-elles soit désignée la lauréate de l’Africa Pitch. “Parmi les 350 dossiers reçus, nous avons rigoureusement sélectionné 15 projets. Ces derniers vont pitcher face à un jury composé d’investisseurs et experts africains. Lors du premier round, trois seront sélectionnés pour la finale. Un deuxième round permet de désigner le gagnant”, a indiqué Selima Ben Ammar.

Afin de renforcer davantage l’interactivité entre tous les participants, une application mobile sera lancée à partir de demain. Cette plateforme permet de lier virtuellement tous les participants et d’optimiser leur relation avant même la tenue du salon. Une approche inédite, certes! Et c’est parce que le seul souhait des organisateurs est de capitaliser sur les étapes importantes déjà franchies en matière d’innovation.

https://upscri.be/a75d53/

Mohamed Zoghlami a tenu, en en tirant sa juste fierté, à les rappeler. Autant citer que la Tunisie est membre de l’Alliance smart africa, en charge de développement de l’écosystème des startups africaines, qu’elle a été sélectionnée pour représenter le Centre d’excellence du digital africain, ou encore la Tunisie est chargée de créer l’Université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée.

La Tunisie a des atouts indéniables en nouvelles technologies, encore méconnus, et qu’ Afric’up se dicte de mettre en lumière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici