Blanchiment d’argent : les entreprises financières sont-elles conformes à la norme AML 30 000 ?


Des experts internationaux mettent officiellement à la disposition de la Tunisie la norme AML 30 000, consolidant ainsi ses efforts dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (LBA/FT).


Initiée par le Centre international de prospective et d’études sur le développement (CIPED), cette action est le fruit d’un travail acharné ayant débuté le lendemain du blacklisting de la Tunisie.

Les cahiers des charges du référentiel ont été élaborés sur la base de l’ensemble des exigences reconnues à l’échelle universelle en matière de LBA/FT. Ils ont été déclinés par secteur couvrant ainsi toutes les institutions financières et certaines entreprises et professions non financières.

Les entreprises tunisiennes pourraient se voir désormais délivrer la certification au standard AML 30 000. Elle leur sera dédiée, si la conformité est relevée. Et c’est l’organisme de certification Maghreb Corporate, membre de IWK Corporate, qui se chargera du suivi et de l’accompagnement de ce programme.

Ce programme présente un double enjeu. D’abord, il s’agit d’identifier les entreprises conformes et leur attribuer un certificat. Le but étant d’inscrire la conformité de ces dernières dans le temps.

https://upscri.be/a75d53/

Ensuite, engager les entreprises non-conformes ou partiellement conformes, dans un processus de mise à niveau. Elles seraient motivées à contribuer à la transparence et à l’intégrité du système financier en répondant aux exigences en matière LBA/FT.

Les prérequis du standard, notons-le, sont identiques d’un pays à un autre sans distinction, comme le prévoit la réglementation internationale des certifications des systèmes de management.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici