2018, l’année des machines pensantes

Photo by Alex Knight on Unsplash

Si la data est le pétrole du XXIème siècle, l’intelligence artificielle est certainement sa raffinerie, permettant de transformer cette masse brute d’informations en des fonctionnalités et des services à très haute valeur ajoutée.

Ceci est d’autant plus vrai dans le secteur de la finance où les entreprises de fintech essaient de développer des solutions de AI pour leur permettre d’améliorer leur rendement, mais aussi d’offrir des services innovants et inédits aux consommateurs.

À CRIF, un crédit bureau basé en Italie, l’intelligence artificielle est au cœur d’une nouvelle révolution. En effet, un algorithme développé par cette institution financière permet d’évaluer les risques d’octroi de crédits pour les personnes n’ayant pas d’antécédents de crédit.

https://upscri.be/a75d53/

Pour ce faire, l’algorithme combine plusieurs données sur ladite personne pour essayer de prédire les risques avec un taux d’erreur ne dépassant pas les 12%. Grâce à ce système, explique Davide Michele Meo, sales director au crédit bureau italien, les personnes ne disposant pas d’antécédents de crédit pourront désormais profiter de crédits.

Naturellement, la précision d’un tel système est proportionnelle à la quantité de données dont il dispose sur les personnes à “noter”. Plusieurs crédits bureaux rêvent alors de tirer profit de la révolution digitale en intégrant d’autres sources de données, notamment les réseaux sociaux, voire même l’historique de navigation internet des clients, explique Omar El Matri, DG du crédit bureau tunisien Mitigan CIB.

Cette vision orwellienne n’est cependant pas sans graves conséquences sur la protection des données personnelles des citoyens.

Bien évidemment, les crédits bureaux ne sont pas les seuls à profiter des nouvelles avancées de l’intelligence artificielle. YouDrive, une compagnie d’assurance en France, par exemple, installe des boîtiers permettant de mesurer en temps réel les données clés de la voiture (vitesse, freinage, etc.).

Les conducteurs ayant accepté de connecter leur voiture à ce système ont vu leurs factures baissées : “Grâce au traitement de ces données collectées, la compagnie a pu offrir à ses clients des prix avantageux”, a indiqué Hédi Zaher, CEO de Datavora.