La Tunisie : un grand bond en arrière ?

Doing Business 2018

Le rapport Doing Business 2018, rendu public hier par la Banque Mondiale, a classé la Tunisie, en cette 15ème édition, au 88ème rang mondial, perdant 11 places par rapport à l’édition précédente, et 13 places par rapport au classement de 2016.

La Tunisie occupe ainsi le deuxième rang en Afrique du Nord. Elle n’est précédée que par le Maroc, classé 69ème et premier pays maghrébin du classement. Elle est par ailleurs suivie de l’Egypte (128ème), la Mauritanie (150ème), l’Algérie (166ème), la Libye (185ème).

Parmi les points qui ont contribué à cette dégringolade, la Banque Mondiale indique que la Tunisie a rendu le paiement des taxes plus coûteux en introduisant une nouvelle contribution exceptionnelle à l’impôt sur les sociétés. Sur le critère “Taxes”, la Tunisie recule du 106ème rang, avec un score de 68.96, au 140ème avec une note de seulement 48.33.

Ce rapport annuel mesure les régulations favorables et défavorables à l’activité commerciale et présente des indicateurs quantitatifs sur la réglementation des affaires ainsi que sur la protection des droits de propriété de 190 pays.

Par ailleurs, pour la deuxième année consécutive, la Nouvelle-Zélande occupe la tête du classement.

Pour mesurer les réglementations, Doing Business prend en considérations 11 domaines du cycle de vie d’une entreprise dont dix inclus dans le classement de cette année sur la facilité à faire des affaires, à savoir la création d’entreprises, l’obtention d’un permis de construire, le raccordement à l’électricité, le transfert de propriété, l’obtention de prêts, la protection des investisseurs minoritaires, le paiement des impôts, le commerce transfrontalier, l’exécution des contrats et le règlement de l’insolvabilité.

Habituellement, Doing Business mesure la réglementation du marché du travail, mais ceci n’est pas inclus dans le classement de cette année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici