Gouvernance et lutte contre la corruption : vers des mesures drastiques


Pots-de-vin, commissions illicites, conflits d’intérêts, détournements de fonds publics… autant de pratiques déloyales qui coûtent cher au budget de l’Etat. Pour remédier à ce fléau, des cycles de formation ont été mis en place pour sensibiliser les cadres de l’administration publique.

S’exprimant lors d’une journée de sensibilisation sur la lutte contre la corruption dans le secteur des technologies de la communication, organisée début mai à Hammamet, Noomane Fehri, ministre des Technologies de la communication et de l’Economie numérique, a annoncé qu’à partir du 2 mai 2016, “TUNEPS” sera l’unique voie obligée pour les entreprises relevant du ministère pour gérer les appels d’offres dans la transparence et la loyauté. Il a également déclaré l’obligation de publier les appels d’offres et la création d’une unité chargée du suivi des plaintes.


Noomane Fehri a rappelé que le digital est la pierre angulaire d’une bonne gouvernance. “TUNEPS (Tunisie e-procurement system) ou système d’achats en ligne au sein de la Haute instance de la commande publique, relevant de la présidence du gouvernement, s’inscrit dans la même logique que celle de l’orientation universitaire gérée par des logiciels où tout est informatisé”, a précisé le ministre.

Et de poursuivre que la conception d’un cadre réglementaire adapté à des procédures de passation en ligne des marchés publics, conformément aux meilleures pratiques internationales, ne peut que traduire la volonté de rendre l’information accessible et protégée pour le citoyen.

L’introduction de cette plateforme électronique de passation des marchés publics en ligne œuvre pour une meilleure exploitation du système d’achats publics dans le but de consolider les pratiques de transparence et de loyauté.

Par ailleurs, il a fait savoir qu’un guide disciplinaire a été conçu pour le fonctionnaire public et que chaque établissement du secteur est tenu à le parapher d’ici début septembre.

Pour sa part, Salwa Kheirallah, responsable au ministère des Technologies de la communication et de l’Economie numérique, a évoqué l’expérience du ministère en matière de lutte contre la corruption, citant la création d’un bureau chargé de la réforme et de la bonne gouvernance ainsi qu’une cellule de gouvernance dans les entreprises.


De son côté, Kamel Ayadi, ministre de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption, a contesté les chiffres avancés par Chawki Tabib, président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption, concernant la corruption dans les marchés publics. Ce dernier avait déclaré que la corruption dans les marchés publics coûte à l’Etat des pertes évaluées à environ 25% du volume des marchés publics estimé à 8 milliards de dinars.

Or, le ministre a tenu à préciser que le taux de corruption au niveau des marchés publics se situe en fait entre 5 et 10%, “tel qu’annoncé par la Banque mondiale” a-t-il déclaré.

Au cours de cette journée, Kamel Ayadi a indiqué qu’une campagne de deux mois sera lancée pour réduire le taux d’absentéisme dans les administrations publiques. Il a également fait savoir qu’une phase de contrôle est prévue pour cerner ce fléau.


Suivez-nous Facebook et Twitter pour ne rater aucun article !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici